Reprise

Attention !

Grades…

Verneuil a fait le plein de grades le samedi 30 mai 2015 à Couzeix avec André, qui visait le 2° dan, ainsi que Christophe et Jérôme, qui visaient le 1° dan !

Tous reçus !

Félicitations à eux pour le travail accompli cette saison… et celles d’avant, pour arriver à ce résultat avec des passages de qualité !

Merci à tout le club, et aussi aux formateurs occasionnels, lors des stages ou des remplacements pendant nos nombreux congés, car c’est bien d’une réussite collective dont il s’agit, au final…

Et merci à eux pour l’implication dans la pratique que ça entraîne, bénéfique au club : qu’ils continuent sans relâche !

On voit ici les impétrants, rayonnant du résultat de leur dur labeur :

Réflexions sur les fondamentaux

A lire dans le lien un texte émanant de la fédération, éclairant les notions à travailler sur les tatamis : FFAB … Identité

                Instruction de SAITO Morihiro Senseï au Dojo d’Iwama !
L’emploi de la force pour bloquer une technique est à proscrire, car chaque technique d’Aikido s’applique à une situation donnée d’attaque. Si la situation change, il faut s’adapter et appliquer une autre technique… et non recourir à la force… C’est cela le travail d’Aïkido.

Félicitations !

Le périple du samedi 8 juin 2013 à Châtel-Guyon a été bénéfique à André Nguyen, qui a ramené son shodan (ceinture noire 1° dan) !

Toutes nos félicitations ! C’est une belle récompense pour l’investissement qu’il y a mis.

On le voit ici remercier le jury à l’annonce de son résultat :

Annonce shodan André Châtel-Guyon 8 juin 2013

 La vidéo de son passage :

 

C’est l’occasion de rappeler ce qu’il faut mettre derrière cette notion de grades, avec un extrait du livre « 44 Questions sur l’Aïkido » (Aïkido Sainte Victoire – voir liens) :          

À quoi servent les grades en Aïkido ?

 » L’Aïkido, comme la plupart des arts martiaux aujourd’hui, utilise un système de grades pour marquer la progression des pratiquants. Ce système est directement inspiré de celui inventé par Jigoro Kano, fondateur du judo.

Les kyus sont les premiers examens techniques. On progresse tout d’abord du 60 au 10 kyu. Ces passages se déroulent au sein des clubs, gérés par les professeurs. Ils correspondent aux passages de ceintures de couleur (blanche, jaune, orange, etc.) que connaissent bien les pratiquants de judo ou de karate. Mais, en Aïkido, on conserve généralement la ceinture blanche jusqu’à l’obtention du grade de shodan (littéralement: « premier dan », la fameuse ceinture noire), qui suit le 10 kyu.

A partir du 10 dan, l’examen se déroule devant un jury constitué de hauts-gradés, auquel se présentent les pratiquants de toute la ligue. Les quatre premiers dans sont des examens techniques évalués selon différents critères. À partir du 5° dan, les grades sont délivrés en fonction de l’investissement du pratiquant dans sa recherche personnelle et le développement de l’Aïkido.
L‘Aïkido comprend normalement huit dans mais il arrive que le 9° dan soit décerné, le plus souvent à titre posthume, à des pratiquants émérites.

Contrairement à une idée reçue, le grade de shodan ne correspond pas à un haut niveau de maîtrise, que ce soit en Aïkido ou dans d’autres arts martiaux. C’est au contraire le moment à partir duquel un pratiquant est considéré avoir débuté la pratique de son art. Il faut donc y voir le point de départ, et en aucun cas l’aboutissement d’une étude. C’est le moment à partir duquel les bases sont assez assurées pour que puisse commencer la recherche.

Les passages de grades font partie intégrante de la pratique de l’Aïkido, ils marquent une évolution, un cheminement, permettant ainsi à chaque pratiquant de prendre conscience de son niveau technique. Ils sont l’occasion d’une préparation spécifique et intensive, source de progrès réels pour le pratiquant qui s’y astreint. C’est dans cette optique qu’ils doivent être abordés, et certainement pas comme une fin en soi. Des règles précises imposent des temps minimum de pratique entre chaque grades (exemple: une année entre le 10 kyu et le 10 dan, deux années effectives entre le 10 et le 20 dan, etc.).

Certains pratiquants très anciens recommencent parfois à porter une ceinture blanche. C’est une façon d’indiquer qu’ayant accompli un cycle de progression, ils recommencent une nouvelle évolution. À prendre cette idée au sérieux, il serait déplacé de recommencer à porter une ceinture blanche trop tôt… »

En bonus ci-après, un souvenir d’un autre WE en 2011, à Paris cette fois, dans une atmosphère moins thermale. Attention au travelling tout à fait audacieux de la réalisatrice vers la fin… gare aux torticolis…

 4°D Eric à Paris le 26 juin 2011

Et le parchemin qui va avec…

Citations liées à l’Aïkido

« Blesser un adversaire c’est se blesser soi-même. Contrôler une agression sans infliger de blessure, c’est l’Art de la Paix. »

« En Aïkido, nous n’attaquons jamais. Une attaque est la preuve d’une perte de contrôle. Ne fuyez jamais devant toute sorte de défi mais ne tentez pas de supprimer ou de contrôler un ennemi de façon non naturelle. Laissez l’attaque arriver comme elle vient et fusionnez avec elle. Ne poursuivez jamais un adversaire. Redirigez chaque attaque et tenez-vous fermement derrière elle. »

« Même le plus fort des êtres humains possède une puissance limitée. Sortez-le de sa sphère, faites-le entrer dans la vôtre et sa force disparaîtra. Votre geste doit devenir un mouvement de libération. Vous devez vous exprimer aussi naturellement que le torrent coule de la montagne, vous déplaçant au même rythme que votre adversaire. »

« Quand vous faites face à l’ennemi, mettez la distance de l’Eau entre lui et vous-même. Quand il attaque avec le feu, il ne peut vous atteindre parce que vous êtes enveloppé d’Eau et que vous vous mouvez avec elle. Si votre adversaire attaque avec le feu, répondez avec l’Eau. Devenez complètement fluide. De par sa nature l’Eau ne heurte ni ne se brise contre qui que ce soit. Au contraire, innocemment, elle absorbe n’importe quelle attaque. »